Print Icon
 


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Pour diffusion immédiate



Le maire Labeaume toujours insensible face à la souffrance des animaux
Aucune interdiction d’opération en vue pour les calèches à Québec


Montréal 12 juin 2019 - Avec les journées chaudes qui sont enfin arrivées au Québec, la Société pour la protection des animaux (SPA) Canada tient à rappeler au Maire Labeaume que les chevaux de calèches devront encore endurer l’industrie du tourisme de Québec sous le chaud soleil car rien n’est prévu pour mettre fin à cette exploitation dans la capitale.
Du côté de Montréal, c’est un dernier été que devront subir les chevaux de calèches avant l’interdiction de celles-ci à partir de janvier 2020. Par contre du côté de la ville de Québec, rien ne bouge.

L’avis du Maire Labeaume:
M. Labeaume avait mentionné lors d’une entrevue au sujet des calèches de sa ville: «les calèches font partie de l'ADN de la ville depuis des décennies». « Il devrait savoir que ce n’est pas parce qu’une action se produit depuis des années qu’elle doit continuer d’exister, ou encore, une maladie héréditaire comme un cancer de la prostate peut aussi faire partie de l’ADN d’un individu sans pour autant être une bonne chose!» Commente Dominique Routhier, Directrice générale par intérim et biologiste animale de la SPA Canada.

Deux poids deux mesures pour le Maire:
«Un cheval qui développe une maladie, un cancer par exemple, continuera de travailler jusqu’à ce qu’il ne soit plus productif pour l’industrie, alors là il sera tué. Il n’aura pas la même chance que le Maire de la Ville de Québec, M. Labeaume de pouvoir prendre plusieurs mois de congé ou de réduire ses heures de travail pour se reposer.» Exprime Mme Routhier.

Conditions des chevaux:
Les chevaux doivent travailler dans des conditions extrêmes et dénaturées: circuler parmi les véhicules avec le bruit de ceux-ci, marcher sur du pavé, respirer les émanations des véhicules - ils peuvent de ce fait développer des problèmes respiratoires ou des problèmes de jointures. Sans compter les risques d’accidents avec des véhicules routiers et du stress relié aux bruits de la route. Les chevaux sont des animaux de nature très sensibles et peuvent facilement être effrayés ce qui peut causer un danger à la population, tel que vue en 2017 à Québec alors qu’un cheval s’était déchaîné en risquant de blesser grièvement des piétons et avait blessé la cochère, et qu’un autre s’était écroulé de fatigue devant une centaine de touristes sous le choc.

«Utiliser un animal pour répondre à des besoins humain est une pratique dépassée et cruelle. Ce n’est pas parce que les chevaux sont des animaux domestiqués que l’on doit continuer à les utiliser et en abuser.» Explique Mme Routhier.

Tel que mentionné par Yves Paquet, propriétaire des Calèches de la Nouvelle-France opérant à Québec, dans un article publié le 23 mai 2010 dans Le Soleil, «Je perds d'un à trois chevaux par année (...)». C’est d’une cruauté inouïe qu’en 2019 des chevaux terminent leur vie en tant qu’esclave tirant des calèches sur de l'asphalte, à respirer les émanations des voitures, de 9h à 15h par jour à des températures pouvant aller jusqu’à -19 degrés Celsius l’hiver et 31 degrés Celsius l’été.


La ville de Québec encore derrière la ville de Montréal:
«M. Labeaume il est encore temps d’être premier de file au Québec dans le dossier des calèches contre la ville de Montréal en interdisant celle-ci avant janvier 2020!» Avise Mme Routhier. Après cette date, Québec aura perdu la bataille et pire, son Maire sera vue comme une personne cruelle sans compassion pour les animaux. Dans une ère où de plus en plus de personnes ne tolèrent plus l’abus faite aux animaux, cette étiquette n’est pas souhaitable pour gagner du tourisme.




À propos de la SPA Canada :
La SPA Canada est un organisme national sans but lucratif qui a pour mission de promouvoir la défense des droits des animaux par le biais de l’éducation et la sensibilisation.

-30-



SPA Canada accordera avec plaisir des entrevues aux médias.

Pour plus d’informations, veuillez joindre :1-877-630-NEWS (6397) ou media@spacanada.org